SUR LA TRACE DES RENNES

ET DES BOEUFS MUSQUÉS...

 

 

 

                      Norvège fin mars 2013, sur le terrain des rennes dans les Alpes de Lyngen                                    (fjords de Tromse) et des boeufs musqués sur le massif du Dovrefjell ( centre de la                                            Norvège). Entre hiver qui n'en finit pas et printemps peu soupçonnable.

 

                                C'est à 2 000 km d'Oslo, aux portes de l'arctique, que nous allons rencontrer les rennes,                                     "domestiques" dans ce secteur de la Norvège. De la famille des cervidés et herbivores,                                       nous les apercevons sur des crêtes, dans les vallées, au sortir d'un virage, grattant la neige avec leurs pattes pour atteindre la nourriture... En Norvège le renne n'est pas très grand, la hauteur au garrot est généralement comprise entre 107 et 127 cm. Le mâle et la femelle ont une armure. Il neige, il fait soleil.. les giboulées s'enchaînent ...mais le panorama est grandiose !

 

Après quelques heures de marche, raquettes aux pieds, et le campement installé pour la nuit (il fera -23°C sous la tente), le premier troupeau mixte de boeufs apparait dans les jumelles. Pas vraiment une question de chance même s'ils sont environ 250 à se partager les 80 000 km2 du Parc national du Dovrefjell, car ils sont plutôt sédentaires.

 

 

Il faudra quelque deux heures de marche supplémentaire pour atteindre le groupe, restant à distance raisonnable pour ne pas le déranger et ...éventuellement éviter la charge de l'animal ! Bien qu'apparenté aux ovidés (chèvres, moutons...) le boeuf musqué, véritable relique de l'ère glaciaire, "en impose" : la hauteur du garrot est d'environ 1,50m pour un poids d'environ 300 kg, et les cornes, qui se rejoignent sur le front forment une épaisse bosse dure. Nous entendrons d'assez loin les affrontements tête-à tête tout amicaux des mâles... il  en sera autrement à la saison du rut.

 

Pourvus d'un "manteau" particulièrement efficace (épaisse toison laineuse - qiviut - recouverte de grands poils ou jarres) les boeufs musqués ("omingmak", ce qui signifie "animal dont la fourrure est comme une barbe) résistent à des températures au-delà de -40°C. Bien qu'ils continuent de s'alimenter (avec difficulté selon la couche de neige), en cette fin d'hiver les réserves de gras sont faibles et les boeufs se reposent longuement. L'attente du photographe sera parfois aussi longue ...

 

Mais bientôt le printemps libèrera  la nourriture et viendra le temps de la reproduction...

 

Ce reportage a fait l'objet d'une exposition en plein air au Parc animalier de La Bourbansais (Ille et Vilaine) de juin à octobre 2013.

 

1/19