Reportages

Un regard, celui d’un photographe-auteur, porté sur un monde clos d’initiés, à distance du journalisme et des sciences des religions et sociétés. 

Hassidim, judaïsme ultra orthodoxe

 

Reportage effectué en janvier 2014 à Lelow, à 60 km au nord de Katowice, patrie du tsaddiq - grand rabbin - David Biderman (1746-1814) pour le 200è anniversaire de sa mort auquel ont participé quelque 250 hassidim venus de New-York, Tel Aviv, Jerusalem ou encore de Londres et de Pologne.

 

Né du mouvement de religieux fondé au XVIIIe siècle en Europe de l’Est par Rabbi Israël Baal Chem Tov (1698-1760), le hassidisme - courant du judaïsme haredi ultra-orthodoxe - conjugue deux objectifs majeurs : le refus du changement, de la modernité et la communion joyeuse avec Dieu, que les hassidim « exaltés pacifiques » pratiquent sans réserve par le chant et la danse. Nous observerons cependant que le refus de la modernité n’exclut pas l’usage de l’autre outil de communication qu’est le téléphone portable.

 

Leur style vestimentaire noir hérité de leurs ancêtres, l’usage du yiddish, leur mode de vie centré sur l’étude, la prière, l’attente du Messie, leur obéissance à la lettre à la halakha, parfois avec excès, et la famille font de leur communauté un monde à part et parfois marginalisé.

 

Alors que le judaïsme classique est centré sur l’étude de la Torah, le hassidisme recherche l’union mystique avec Dieu dans la lecture de la Kabbale. La prière s’exprime avec force passion, éblouissement devant la splendeur divine, explosion de joie, allégresse qui libère l’esprit de tout souci, facteur essentiel de l’adoration. Chants et danses sont les indispensables compagnons de la louange divine. L’élan est essentiel et le texte s’efface devant la musique.!

 

 

 

Hassidisme 1 

 

חסידות à Lelow

 

Héraclite disait le conflit père de toute chose. En ses photos des "Hassidim à Lelow", Jarou le montre inscrit au cœur même de l'esprit religieux. Comme du noir au blanc, son reportage va de l'homme ( humain, trop humain ) au divin ( présent, tout pressant ). Ici ce sont les nourritures terrestres jointes aux spirituelles, les triviaux objets du quotidien mêlés aux insistants signes du religieux. Là, les gestes de la chair incarnant jusqu'aux élans de l'esprit saint. Du biberon de l'enfant, le regard passe à la Bible du vieil homme. Partout c'est la joie débridée parachevant les recueillements maîtrisés. Jarou montre la Cène, sa photographie faisant loi, en une véritable mise en scène, sous une tente instituée tabernacle pour l'occasion. Le tout entre théologie d'austérité et convivialité communautaire. Car Jarou ne choisit pas. Son œil est photographe, qui écrit ce qu'il voit. Plus que tension, nous voici au cœur de l'intense.

 

André Le Délézir,

professeur agrégé de lettres, photographe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hassidisme 2

à Lezajsk

 

C’est à 350 km au sud-est de Varsovie, sur les contreforts des Carpates, que se situe la petite ville de Lezajsk. Chaque année, elle se remplit d’hommes et de femmes tout de noir vêtus, qui viennent - du monde entier - en pèlerinage sur la tombe de leur saint rabbin hassidique Elimelekh Weisblum. 

Scherele (Nigun) - Unknown Artist
00:00 / 00:00

FILM DE 20 mn.

 

Extrait

FILM DE 20 mn.

Toutes les images et tous les textes de ce site sont protégés par le Code de la Propriété Intellectuelle et les lois sur le Copyright.

Aucune utilisation ne peut se faire sans l'accord de l'auteur.